Paris. L’Hôtel Particulier de Potocki. Deuxième partie.

L'utilisation de matériaux de ce site est autorisé seulement avec  l’accord de l’auteur.


Emmanuella et Nicolas.


Mieczysław est mort le 26 novembre 1878. Ayant obtenu cet argent, Nicolas et Emmanuella Potocki ont décidé de reconstruire l’hôtel du père à leur goût et le rendre encore plus luxueux. pour cela ils ont invité le célèbre architecte parisien Jules Reboul. On a commencé, comme on dit, dès le début – de l’entrée principale et de l’escalier pour frapper tout venant ici… Il y ont réussit à merveille.

Paris. 25 Avenue Friedland. L'hôtel Potocki, l'entrée principale.

Mais cette entrée-ci qui est sur la photo n’est devenue principale que récemment. A l’époque de Potocki, l’entrée principale se trouva ici. Notamment cette immense porte luxueuse de bronze à claire-voie de l’hôtel Potocki, l’ouvrage de la maison Cristhofle rencontrait les visiteurs du palais. Aujourd’hui le blason de la Chambre de Commerce et d'industrie se trouve en haut de la porte, mais je suis sûr que du temps des Potocki il y en avait un tout à fait autre…
 

J’ai placé ma modeste personne devant cette porte pour seulement mettre en relief sa vraie grandeur. 
 

En visitant l’hôtel  j’ai été absolument fasciné de par le splendeur et de la beauté monumentale de ce que j’ai vu directement du seuil… Le grandiose escalier d'honneur en marbre a été créé à la façon de l'Escalier des Ambassadeurs à Versailles. Huit espèce du marbre ont été utilisées pour sa finition, et pour la modification du palais, on a utilisé 22 diverses variétés du marbre ! A la suite, nous demandons aux personnes nerveuses et impressionnables de quitter cette page. Il n’y aura après que plus des vues à couper le souffle !

Paris. 25 Avenue Friedland. L'hôtel Potocki. L'escalier principal.

La vue de la porte d’entrée de l’intérieur. Alors si quelqu’un n’a pas discerné que la porte est translucide, on a le pouvoir de le faire pour être frappé en plus de sa beauté. 
 

Les plafonds et les autres détails décoratifs dans la galerie de gala ont été faits en bronze, traité par le mode de la galvanoplastie. C’était une nouveauté follement coûteuse pour ce temps-là. Le décorateur était la célèbre Maison Christofle. C’était Cristofle qui a décoré l’Opéra Garnier, le magasin Fouquet dans la rue Royale (il a été décoré d’après les esquisses d’Alfons Mucha). Mais la plus grande réputation, de la Maison est dûe bien sûr à l’argenterie. Cristofle a servi le paquebot « Normandie », l’hôtel Ritz à Paris, les wagons du pape Pie IX, le fameux Orient-Express. Au commencement du XXème siècle, les buffets du Transsibérien ont étés servis par les couverts Christofle à Iekaterinbourg, à Rostov-sur-le-Don. .À Kiev, cette argenterie peut être trouvée dans la confiserie Semadeni, à Odessa dans le restaurant Hôtel du Passage et dans la confiserie Fanconi !!

Paris. 25 Avenue Friedland. L'hôtel Potocki. L'escalier principal.

La beauté ensorcelante… 
 

Paris. 25 Avenue Friedland. L'hôtel Potocki. Galerie.

Les plafonds en bronze Christofle.
 

 

Paris. 25 Avenue Friedland. L'hôtel Potocki. L'escalier principal.

Les colonnes monumentales monolithes de marbre de l’étage. En bas, la vue est pratiquement la même depuis plus de cent ans.
 

Париж. Авеню Фридлянд. Дом Потоцкого. Старинная гравюра..

Un arc semi-circulaire sous la volée intermédiaire.
 

Paris. 25 Avenue Friedland. L'hôtel Potocki.

Ce sont de petites galeries passantes dans deux sens se terminant par des miroirs ce qui crée un effet d’une enfilade de pièces.
 

Paris. 25 Avenue Friedland. L'hôtel Potocki.

A gauche de l’escalier se trouve une niche de ce genre.
 

Paris. 25 Avenue Friedland. L'hôtel Potocki. L'escalier principal.

En montant plus haut on peut examiner les magnifiques tapisseries flamandes de XVI siècle.
 

Auparavant, elle se trouva sur le mur de la façade (plus éloigné sur la photo), maintenant ces deux tapisseries sont remises dans une autre salle.
 

Paris. 25 Avenue Friedland. L'hôtel Potocki. L'escalier principal.

Voici un immense lustre-lanterne décoré d’une couronne en haut.
 

Paris. 25 Avenue Friedland. L'hôtel Potocki. L'escalier principal.

Le palais de Nicolas Potocki sur la gravure de XIX siècle. Faites attention : à droite, une terrasse en forme d’un pont-en-arc n’existe pas aujourd’hui ; autrefois, en y passant, on pouvait atteindre les fameuses écuries en marbre de Potocki.

Passons quelque part à l’intérieur…


Passer à la première page 

One thought on “Paris. L’Hôtel Particulier de Potocki. Deuxième partie.”

  1. Cher ami, Je découvre, en faisant des recherches sur l’ambassade d’Allemagne à Petersburg, votre site passionnant. Je vois que certains posts sont traduits en français, celui sur Behrens à Petersburg, l’est il ? bravo pour votre passionnant travail et votre curiosité !!!
    Sincérement

    Jean Louis Gaillemin

Добавить комментарий

Ваш e-mail не будет опубликован. Обязательные поля помечены *